En 1972 au Luxembourg on enregistrait la banque sous le nom BCCI. Par son auteur et le propriétaire était l’Agha Khasan Abedi, le né dans la famille musulmane en Inde. Абеди construisait la carrière de l’employé bancaire. Puis, ayant compris que travailler sur l’oncle étranger non pour lui, a décidé de fonder la banque. Par la personnalité il était peu ordinaire, c’est pourquoi a pu se garantir par le soutien de toutes les personnes l’intéressant.
BCCI se développait extrêmement précipitamment. Bank of America a donné la somme considérable sur son développement, étant devenu alors le propriétaire 25 % des actions BCCI. Au début de l’existence de la nouvelle banque les investisseurs étaient les citoyens simples, ensuite les riches familles, le pic de la gloire pour la banque était le temps, quand les banques nationales des autres pays ont commencé à tenir dans lui l’argent. BCCI était un des premiers, la banque réellement internationale.
Après la crise cordiale en 1988, Abedi n’a pas pu plus s’occuper de la banque. Les fondements BCCI ont chancelé sérieusement une première fois. La compagnie avait besoin de la participation directe de l’auteur-fondateur. Ont émergé ici les opérations de plusieurs milliards négatives : l’accueil de l’argent des narcobarons, la tenue des marchés financiers d’armes. La mine d’or pour BCCI était la guerre Russe-d’Afghanistan. En outre sur la lumière de Dieu ont émergé de nombreux actes de l’intimidation, la corruption des fonctionnaires et les témoins.
Au moment de la clôture obligée de la banque, sur ses comptes était plus de 600 millions des dollars qui ne sont pas entrés dans la comptabilité. La plupart des procès selon le retour des dépôts des investisseurs trompés ne sont pas fermés et jusqu’à présent.

janvier 16, 2013 at 12:00 by master
Category: Статьи